La réunion publique du collectif « Pluriel » sur le PLU a mobilisé un nombreux public

 Très près de 250 personnes pour participer, au centre culturel Bérenger de Frédol, à une réunion proposée par le collectif « Pluriel », dont le thème principal était basé sur le PLU en cours.

Les intervenants, représentant divers collectifs et associations ont, avec François Guérard, animateur du débat, disséqué le PLU que propose le maire de la commune, et éclairé le public qui a largement participé aux débats, faisant bien souvent part de son inquiétude et ses soucis pour de nombreuses raisons, sans être contre le fait que le département manque de logements de type social, et regrettant la disparition d'un foncier communal qui permettait autrefois de créer des lotissements communaux accessibles à des foyers aux revenus modestes.

Également critiqué, l'enclavement de quartiers pavillonnaires, par des constructions collectives, avec des voies d'accès qui deviendront rapidement saturées. Prise de parole également par le public pour s'étonner que le foncier dédié à l'agriculture dans la commune, soit réduit sur ce PLU en peau de chagrin.

Nombreuses questions également sur les projets dans le centre-ville, sans clarté sur les créations de parkings, qui risquerait une nouvelle fois, d'être souterrains, au mépris du respect d'une nappe phréatique est aquifère qui subit un pillage incohérent depuis des années, en ayant autorisé des constructions aux conséquences désastreuses pour les sols de la commune.

Dans le public, une personne qui semblait maîtriser les techniques hydrauliques et hydrogéologiques, a expliqué les dangers qui peuvent découler de cet état de fait, sachant que la continuité de l'assèchement de la nappe, pourrait avoir des conséquences désastreuses telles que des phénomènes d'affaissement d'habitation ou de parcelles de terrain dans la commune, même si il s'agit d'un processus relativement long et progressif, par le phénomène de la déstabilisation des sols asséchés par le pompage.

Bien entendu, il fut question du pont de Villeneuve et de 800 habitants attendus pour le 350 logements prévus par le PLU, avec des questions sur des axes de circulation déjà asphyxiés, l'isolement social et la fin d'une garrigue chère aux villeneuvois. Jean-Claude Bonnafoux, dira avoir regretté l'absence de projets de structures, telles que stade, école, commerce, car, d'après lui, il n'y aurait aucune prévision de foncier pour cela, d'autant que, ajoutera-t-il, les terrains seraient offerts à la spéculation immobilière par des promoteurs privés, qui aurait ainsi la maîtrise totale des aménagements.

Au final, les explications sur tous les points de ce PLU, aideront certainement à la compréhension, un public visiblement intéressé par cette soirée débat, et sa participation à l'enquête publique qui se terminera le 19 novembre, avec ce même jour de 14 heures à 17 heures, la présence de l'enquêteur mandaté.